ENVIRONNEMENT

Il existe des liens profonds et originels entre la vie humaine et la nature. L’écologie humaine embrasse nécessairement le souci et la garde de la nature. Mais l’écologie humaine pose un regard nouveau sur l’écologie environnementale car elle l’interroge à partir de la notion d’humanité.

IL N’Y A PAS D’HUMANITÉ “HORS SOL“

Les conditions d’une humanité authentique sont indissociables d’un accès équitable à la terre, à l’eau, à l’air et aux ressources de la nature. Encore faut-il que cette nature soit préservée et transmise au plan intergénérationnel, que les conditions et les équilibres de la vie et de son renouvellement soient respectés et protégés, notamment par ceux dont le métier est le travail de la terre, ou l’élevage d’espèces. Cette relation de l’humanité à la nature peut-elle se concevoir sans une dimension de respect, d’émerveillement ? Une relation utilitaire de l’humanité avec la nature est-elle durable ? Mais le respect de la nature est elle-même étroitement liée à la nature des interactions entre les hommes. Peut-on espérer que la nature soit durablement respectée si la nature de l’humanité n’est pas elle-même respectée ? Si la nature humaine se trouve elle-même l’objet d’un projet utilitariste ?

L’écologie humaine questionne en outre les politiques publiques environnementales qui visent à orienter l’action humaine par la contrainte réglementaire ou par l’incitation économique, sans solliciter la responsabilité de chacun. Une humanité authentique peut-elle se satisfaire d’une situation où l’homme ne trouve pas les conditions individuelles et collectives d’une prise en charge de ce souci de la nature comme un bien commun ? Une politique écologique peut-elle durablement se satisfaire d’empiler des contraintes sur des formes de développement intrinsèquement non durables ? Comment concilier une relation respectueuse de la nature avec l’existence d’un cadre de liberté et de mise en capacité de l’homme qui est nécessaire à son épanouissement et à son individuation ? Existe-t-il aujourd’hui des lieux où l’on invente de nouvelles formes de vivre et de décider ensemble pour favoriser une relation harmonieuse entre les communautés humaines, leurs activités et la nature ? Quelles sont les innovations et les initiatives sociales, professionnelles, coopératives, artistiques, les inventions de nouvelles formes d’habitat, de production, d’échange de mise en commun qui contribuent à renouveler la façon dont nous pouvons penser un mode de vie contemporain en harmonie avec la nature ?