Écogestes : focus sur la marmite norvégienne

Ça commence par moi : Julien Vidal est un jeune homme normal qui, à son niveau, souhaite changer le monde. Pour ça, pendant toute une année, il s’est fixé comme objectif de réaliser un geste éco-citoyen par jour. Dans cette dynamique, nous vous proposons de découvrir la technique de la marmite norvégienne, une technique ancestrale permettant d’économiser de l’énergie à la cuisson : habile !

DES ALTERNATIVES CONCRÈTES POUR AGIR

Julien Vidal révèle au moins 400 alternatives pour commencer à agir selon ses talents, ses disponibilités, ses moyens. Technologie, éducation, culture, éducation, transports, alimentation, finance… : tous les domaines sont concernés. Et c’est un système gagnant-gagnant : temps gagné, argent économisé et planète protégée. 

LA MARMITE NORVÉGIENNE : CHAMPIONNE DE LA CUISSON SANS ÉNERGIE

Benoit, fidèle du CEH depuis trois ans, nous a récemment révélé l’astuce peu connue de la marmite norvégienne. On s’est dit qu’il fallait qu’on vous en parle ! C’est un procédé de fin de cuisson des aliments consistant à les placer dans un récipient lui-même contenu dans un réceptacle isolant (liège, laine, foin, feutre, couverture…) : après avoir été chauffés de façon traditionnelle — mais moins longtemps que le temps de cuisson habituel —, les aliments peuvent y finir de cuire de façon autonome, sans nouvelle dépense d’énergie. Contrairement à ce que le nom indique, il ne s’agit pas forcément d’une marmite et il n’est pas sûr qu’elle soit d’origine norvégienne !

« Par exemple, après avoir fait mijoter 5 minutes un bœuf bourguignon, nous coupons le feu et plaçons le récipient dans la marmite norvégienne. La préparation va terminer de cuire durant 2h30 grâce à la conservation de la chaleur et nous aurons économisé jusqu’à 75 % d’énergie ! » explique Anaël sur le blog Graines de Pignons 

Fabriquer son four norvégien est plutôt facile et de nombreuses méthodes sont disponibles sur Internet : il vous faudra deux anorak d’après la méthode de Marmite norvégienne, mon amie ou une couette, des lainages et un panier à linge selon Onpeutlefaire.com. Les plus manuels peuvent s’amuser à coudre une « Wonder box » d’après ces patrons.

DIMINUER NOTRE EMPREINTE ÉCOLOGIQUE PERSONNELLE

Après un an d’écogestes, l’empreinte écologique de Julien Vidal – soit la surface de la Terre nécessaire pour produire les ressources qu’il consomme et pour absorber les déchets qu’il génère (indicateur mis en place par le Global Footprint Network (GFN) et popularisé en France par le WWF) – ne représentait plus qu’1,2 ha d’après le calculateur en ligne Footprint calculator. Si tout le monde diminuait son empreinte écologique à 1,2 ha, moins d’une planète (80 % de la Terre) serait nécessaire pour subvenir aux besoins de l’humanité, ce qui laisserait donc le temps nécessaires aux ressources dont nous avons besoin de se renouveler. Pour rappel, on estime que pour une planète durable, la moyenne serait 1,7 ha par homme et par an. Or, nous en étions plutôt à 2,9 hectares en moyenne par personne en 2018

Un (petit) geste pour l’humanité, c’est toujours très satisfaisant : à vous de jouer !

 

Sources :
https://www.cacommenceparmoi.org/
https://www.footprintnetwork.org/

À propos de l'auteur

Courant pour une écologie Humaine

Vos réactions

Soyez le premier à donner votre avis

Donnez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

*