Gouvernance démocratique

La perspective de l’écologie humaine interroge fortement les mécanismes politiques et les formes de l’action publique dans une époque marquée par une idéologie libérale et individualiste et dans un contexte républicain où l’Etat risque d’être la proie de groupes d’intérêts puissants et bien organisés.

Lorsque nous passons de l’action individuelle à l’action collective, il semble que nous n’ayons guère d’autre alternative que d’opposer l’intérêt général aux intérêts particuliers et de nous cantonner à une représentation de la société comme une collection d’individus à la recherche de leur intérêt privé que seuls le marché ou l’action publique peuvent coordonner. Ces formes d’action collective sont fondées sur l’instrumentation des individus et se cantonnent à produire des comportements collectifs par la contrainte ou l’incitation économique selon des critères dont la légitimité n’est fondée que sur la procédure politique.

Une vision dynamique de l’homme, des conditions concrètes de sa croissance et de son développement (au sens d’épanouissement, d’individuation et de socialisation) et des conditions politiques de sa liberté nous appelle à développer une culture démocratique fondée sur un dessein commun des personnes dans les champs éthiques, sociaux, culturels et économiques.

  • Gouvernance démocratique
    Notez cet article

À propos de l'auteur

ECOLOGIE HUMAINE

Vos réactions

1 personne a donné son avis pour "Gouvernance démocratique"

  1. Guillaume dit :

    C’est une définition totalement vide de la « gouvernance démocratique ». Moi qui voulais en savoir plus sur votre interprétation de ce concept, je tombe sur trois paragraphes remplis de bonnes intentions mais sans réelle définition conceptuelle. Pourquoi parlez-vous de « gouvernance »? Il semble que tout le monde ait accepté ce mot pour y mettre ce qu’il souhaite, sans réfléchir sur son origine. Acceptez-vous les postulats du new public management et de la théorie de l’agence? Pensez-vous que la solution passe par l’organisation des institutions de manière à orienter le choix rationnel des individus calculateurs? Car c’est ça, la gouvernance… Ne pensez-vous pas qu’une vraie démocratie passe par un « gouvernement », un art de gouverner, humain, soucieux des « champs éthiques, sociaux, culturels et économiques »? C’est justement en sortant de cette prison mentale des conceptions néolibérales, que par ailleurs vous fustigez, que l’on pourra récupérer notre démocratie, et notre gouvernement.

Donnez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

*