Habitat et humanisme : donner une place à ceux qui n’en ont pas

HabitatHumanisme_Slider
1
Dans le cadre de la soirée « habiter », du parcours de form’action Cap 360°, nous avons découvert l’association Habitat et Humanisme, qui agit depuis plus de 25 ans en faveur du logement et de l’insertion des personnes en difficulté.
Ci-dessous, le témoignage de François Robert, Président de l’agence immobilière à vocation sociale « Solidarité Habitat, Ile de France ».

 

Habitat et Humanisme est une fédération de 53 associations départementales ou régionales présente dans 67 départements. Elle a été créée à Lyon en 1985 par Bernard DEVERT, alors jeune promoteur immobilier, devenu prêtre ensuite, et encore Président très actif du mouvement.

Les 4 principaux volets d’action :

  • Construire ou acheter et rénover des logements dans des quartiers socialement équilibrés.
    o Avec des levées de fonds par des produits d’épargne solidaire pour 1/3du prix et des subventions pour le reste
    o Dans le cadre de la société foncière d’Habitat et Humanisme
    o Avec des logements à destinations variées (logements, pensions de famille, logements intergénérationnels, résidences de jeunes, …)
  • Mobiliser des logements dans le parc privé pour compléter le parc propre de la Foncière d’Habitat et Humanisme.
  • Les louer à des personnes démunies, pas ou mal logées (bien souvent sorties de résidences sociales ou hôtels meublés)
    o Dans le cadre d’une gestion locative adaptée aux personnes logées mise en œuvre le plus souvent par une agence immobilière à vocation sociale (Solidarité Habitat Ile de France pour l’Ile de France).
    o La gestion locative adaptée est une gestion locative, rapprochée et attentive, avec accueil documenté (livret du locataire, bail, assurance habitation, avis d’échéances commentés), puis appropriation du logement (explications sur l’équipement des logements toujours plus complexe).
    Cette gestion est très attentive aux impayés qui mettraient en difficultés profondes ces locataires..
    L’agence immobilière doit aussi gérer quelques troubles de voisinage causés par les locataires et parfois des « troubles de la mixité », notion inédite oû la famille souffre de manifestations répétées d’intolérance ou d’hostilité.
  • Mettre en œuvre un accompagnement assuré en binôme par des travailleurs sociaux et des bénévoles accompagnants.
    o Les travailleurs sociaux se concentrent sur l’accompagnement social lié au logement (permettre l’ouverture des droits au logement, accompagner la famille dans son projet d’insertion sociale, préparation au relogement)
    o Les bénévoles accompagnants ont pour missions :
    -> l’établissement d’une relation de confiance avec la famille,
    -> l’aide à l’insertion dans l’environnement (professeurs, démarches diverses, rédaction de CV, équipements..), ..) et dans l’immeuble (relations de voisinage, appui à une ouverture sur l’extérieur),
    -> communiquer régulièrement avec les travailleurs sociaux sur l’évolution de la famille.

En résumé, il convient d’aider la famille à passer d’un logement à un habitat. Habiter, c’est rompre l’individualisme, c’est occuper un logement dans un environnement physique, mais surtout social.

Pour illustrer mon propos, quelques données sur Habitat et Humanisme Ile de France :

  • 1050 logements gérés
  • 47 salariés
  • 560 bénévoles répartis entre des fonctions d’accompagnement, mais aussi des fonctions supports variées (recherche de logements, ressources financières, bricolage en faveur de locataires…)

Ces logements se répartissent entre logements pérennes et logements temporaires où les occupants restent 2 ou 3 ans avant de disposer de logements pérennes (bailleurs sociaux, ou parc propre d’HH).

La démarche du Courant pour l’Ecologie Humaine qui pose dans son préambule « Comment vivre ensemble dans l’environnement qui est notre bien commun ? » correspond exactement à celle d’Habitat et Humanisme.
L’action de cette dernière s’exerce le plus souvent possible dans des quartiers socialement équilibrés ; une certaine mixité sociale peut seule permettre une réelle réinsertion des familles.
Ce qui est en cause aujourd’hui pour les plus fragiles c’est :

  • Une crise du logement, concentrée pour sa plus grande part à l’Ile de France et aux métropoles de Lyon et de Marseille,
  • Une crise de l’habitat, c’est-à-dire une crise de l’habiter, une crise du vivre ensemble.

François Robert

  • Habitat et humanisme : donner une place à ceux qui n’en ont pas
    Notez cet article

À propos de l'auteur

Courant pour une écologie Humaine

Vos réactions

Soyez le premier à donner votre avis

Donnez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.