La châtaigne, trésor d’automne #CestLaSaison

Jardinier-paysagiste spécialisé dans les jardins résilients en permaculture urbaine, Geoffroy Saillard nous parle ici de son émerveillement pour la châtaigne, ce fruit de l’automne, véritable trésor de la nature.

C'est le moment de récolter les châtaignes !

La châtaigne que vous voyez ci-dessus appartient à un châtaigner vieux de deux siècles, présent sur le domaine de Chateaubriand et sûrement implanté là-bas avant l’arrivée du célèbre écrivain : « Le terrain inégal et sablonneux dépendant de cette maison n’était qu’un verger sauvage au bout duquel se trouvait une ravine et un taillis de châtaigniers, écrit-il en 1817 dans la célèbre maison où il commença la rédaction des Mémoires d’outre-tombe. Durant ses dix années à la vallée aux loups, François-René de Chateaubriand ne fait pas qu’écrire : il embellit le parc de rhododendrons évoquant sa Bretagne natalede cèdres du Liban, et de cyprès chauve de Louisiane évoquant ses voyages.

À la même époque, à côté du Plessis-Robinson, ont été aménagées des cabanes à l’intérieur et autour de châtaigniers centenaires, offrant aux Parisiens un retour à la nature très civilisé ma foi. L’un de ces châtaigniers aurait donc dépassé l’âge vénérable de 250 ans…

Le châtaigner est un arbre de la famille des fagacées à l’instar du chêne ou du hêtre. Son nom scientifique, sativa, signifie cultiver. Cela révèle un lien particulier avec l’homme qui, de fait, le cultive depuis longtemps au même titre que les céréales. La châtaigne est un aliment de choix qui a longtemps été la base de l’alimentation humaine et a sauvé de la famine à de nombreuses reprises les populations vivant à proximité des châtaigneraies. Ainsi, par exemple, la forêt de Fausses-Reposes en région parisienne est un ancien domaine royal planté de châtaignes pour parer à d’éventuels épisodes de famine : un bon plan pour récolter les châtaignes jusqu’à la fin octobre !

Face aux divers soucis et carences engendrés par la consommation d’aliments raffinés composés de farines blanches – absence de fibres, mauvais glucides et problèmes liés au gluten – la châtaigne est une vraie alternative. Cet excellent féculent permet d’éviter les fringales et les taux élevés de sucre dans le sang grâce à son index glycémique modéré, et, comme beaucoup de fruits à coque, on y retrouve une grande part de protéines et d’acides gras.

Vive la châtaigne et les châtaigniers ! Malheureusement, ces derniers, à l’instar des hêtres, sont sensibles aux sécheresses estivales… Les trois dernières années n’ont pas été bien vécues et certains châtaigniers commencent à perdre l’œil ! À ce sujet, Chateaubriand proclamait dans un discours de 1817 : « partout où les arbres ont disparu, l’homme a été puni de son imprévoyance »… à bon entendeur, salut.

 

À propos de l'auteur

Courant pour une écologie Humaine

Vos réactions

3 personnes ont donné leur avis pour "La châtaigne, trésor d’automne #CestLaSaison"

  1. rose dit :

    Merci pour votre lettre, tjrs très intéressante.
    J’appréciait à chaque fois le trait d’humour de votre dessinateur que je trouve pas aujourd’hui ?
    J’avais participé à votre journée à Toulouse et espère encore que vous reviendrez en Occitanie pro chainement?
    Quant à l’article sur la châtaigne: un vrai bonheur: ma famille a vécu en Aveyron autour et grâce aux châtaignes.. Un grand merci !

  2. Le Mée Louis dit :

    Bonjour;

    C’est toujours avec beaucoup de plaisir que je reçois votre lettre.L’intervention de Sylvain Tesson et de Vincent Munier sur France Inter est très riche.Sylvain Tesson est vraiment un grand monsieur! Bon, je vous avoue que je boycotte cette radio et plus particulièrement la matinal, mais cette fois c’est bien!
    Nous avons des chataigne sur le feu! Ce trésor d’automne sera aussi au petit déjeuné demain mélangé avec des céréales!
    Des questions: Pourquoi écologie humaine et pas écologie intégrale? Avez-vous des liens avec Gaultier Bès de la revue Limite? Qu’est qui vous différencie?
    Personnellement, j’adhère au contenu de vos lettre ainsi qu’aux articles souvent pertinent de la revue Limite.

    Bien cordialement. Louis de Bretagne 22

Donnez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

*