La Tente des glaneurs

La tente des glaneurs« Pourquoi j’ai créé la Tente des Glaneurs ? C’était pour éviter de voir les gens à quatre pattes dans les containers. Je trouvais cela complètement indigne. Nous on le fait un peu différemment, dans le cadre d’une action solidaire. On va dans les poubelles à leur place », explique Jean-Loup Lemaire

L’association la tente des Glâneurs va donc directement à la rencontre des commerçants pour leur proposer de donner les invendus, ce qui leur fait économiser une partie de la taxe sur les ordures. Elle s’occupe ensuite de préparer des cabas distribués gratuitement à toutes les personnes qui se présentent à la tente.
La distribution a lieu après les heures de marché pour ne pas créer de la concurrence pour les commerçants. De plus aucun justificatif n’est demandé pour éviter toute stigmatisation. Un sdf ou un salarié avec des fins de mois difficile sont donc à la même enseigne.
L’association a aussi pour but de créer du lien social en créant un lieu de rencontre entre bénévoles et personnes en difficulté. Elle participe aussi à humaniser ce mode de subsistance en canalisant le glanage pour qu’il soit équitable : avant la création de la tente le glanage était régulé par la loi du plus fort : le 1er arrivé ou le plus fort pouvait récupérer les meilleurs produits abandonnés sur le marché.

Le concept est actuellement en pleine expansion et des initiatives similaires sont en cours d’ouverture à Pparis, Grenoble, Caen, Rennes, …
http://www.tourdefrancedesalternatives.fr/alternatives/lutte-contre-gaspillage-lien-social/
http://www.lavoixdunord.fr/region/lille-la-tente-des-glaneurs-en-premiere-ligne-contre-ia0b0n2440549

  • La Tente des glaneurs
    Notez cet article

À propos de l'auteur

Coordination Nationale

Vos réactions

1 personne a donné son avis pour "La Tente des glaneurs"

  1. gillet lionel dit :

    bonjour, je voudrais savoir si il existe une tente des glaneurs a rennes?
    cordialement lionel gillet

Donnez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

*