L’école place-t-elle l’homme au centre de ses préoccupations ?

Ecole hommeL’éducation nationale, de l’aveu même de ses administrateurs, part à la dérive, sans remise en cause concrète de sa politique éducative. Ensemble désincarné, broyant les volontés humaines, autocentré, sa réforme passerait par l’adoption d’une forme de différenciation pédagogique, permettant d’adapter chaque établissement à sa réalité territoriale et son type d’élèves.

150 000 jeunes quittent, chaque année, l’école sans qualification. De nombreux garçons décrochent par rapport aux filles, et les élèves « dys » augmentent (dyslexiques, dysorthographiques, dyspraxiques, etc.) La profession d’enseignant se déprécie dans la société tandis que les postes ouverts aux concours de recrutement manquent de candidats.

UNE INSTITUTION CENTRÉE SUR ELLE-MÊME

L’école, face à ce problème, est centrée sur elle-même, non ouverte à l’extérieur. L’enjeu, pour les rectorats, est le fonctionnement administratif, les mutations d’enseignants ou le respect des instructions du bulletin officiel. Devant le décrochage scolaire ou la désaffection pour le métier, il n’y a pas de remise en cause des pratiques internes, mais un appel à de nouveaux fonds pour embaucher plus.

« Il serait temps de se demander si les difficultés de l’éducation nationale ne viennent pas de la rigidité administrative de l’ensemble ? »

Il serait temps de se demander si les difficultés de l’éducation nationale ne viennent pas de la rigidité administrative de l’ensemble ? La volonté d’uniformité de l’enseignement méprise les réalités humaines. Les enseignants ne se gèrent pas comme des numéros sur un fichier national. Les élèves ne sont pas les cobayes de l’inspection académique. Il faudrait se demander si l’éducation n’échoue pas en France parce qu’elle ne se soucie plus de l’homme, ce qui est son cœur de métier.

LA PÉDAGOGIE DIFFÉRENCIÉE REPLACE L’HUMAIN AU CŒUR

La pédagogie différenciée consiste à adapter l’enseignement, dans les classes, au niveau de chaque élève et à ses particularités, en les répartissant par groupes et en favorisant l’auto-évaluation et l’autocorrection. « Tout est reproché à cette méthode : brouiller les repères d’autorité, supprimer les notes, grignoter tout le temps libre de l’enseignant, etc. Mais c’est aller vite en besogne et oublier que les instituteurs de villages, confrontés à quatre niveaux différents dans une seule classe, pratiquent, depuis Jules Ferry, la pédagogie différenciée avec des résultats probants.

« Il serait capital de faire des directeurs de véritables chefs d’établissements, initiateurs d’un projet pédagogique propre, adapté aux besoins du lieu. »

La pédagogie différenciée, telle qu’elle est prônée par les pédagogues, n’est pas applicable au système scolaire dans sa complexité. Mais il conviendrait de s’inspirer de son esprit, dans la gestion générale de la structure éducative.

Pour adapter l’établissement à sa réalité humaine, il serait capital de faire des directeurs des chefs d’établissements, initiateurs d’un projet pédagogique propre, adapté aux besoins du lieu. Cela signifierait leur donner le choix de leurs enseignants et personnels administratifs, sur la base d’un C.V. et d’une lettre de motivation.

En tenant compte de la réalité de l’établissement, toute liberté devrait être laissée au directeur de modifier la pédagogie, dans la limite des moyens alloués, quitte à être audacieux » en promouvant le retour de l’uniforme, l’abandon de la mixité des classes, ou encore la mise en place d’enseignements professionnels au collège, d’activités sportives propres à l’environnement géographique, etc.

Les obligations qui demeureraient, pour se protéger des expériences hasardeuses, seraient des obligations de résultats en matière d’acquisition de savoirs et compétences élémentaires, à obtenir à la fin de chaque cycle. Pour renforcer cette exigence, on peut envisager le rétablissement d’un certificat d’études obligatoire pour le passage au collège, et la possibilité du renvoi ou du déplacement des directeurs n’accomplissant pas leur mission.

Pour l’école, c’est une révolution culturelle, qui place le souci de l’élève au coeur, respecte les enseignants en les considérant comme des personnes disposant de talents particuliers, et donne au directeur la liberté d’adapter l’établissement au concret. L’école, centrée sur l’humain, offirait à la nation des personnalités plus épanouies et affirmées.

  • L’école place-t-elle l’homme au centre de ses préoccupations ? 5.00/5 (100.00%) 3 votes

À propos de l'auteur

GABRIEL PRIVAT
GABRIEL PRIVAT

Diplôme de Sciences Po, Gabriel Privat est professeur d’histoire dans l’enseignement catholique. Passionné d’histoire, de sciences politiques et portant un vif intérêt aux questions d’éthiques, il anime régulièrement un blog de réflexion et d’actualité, http://gabrielprivat78.wordpress.com/.

Vos réactions

6 personnes ont donné leur avis pour "L’école place-t-elle l’homme au centre de ses préoccupations ?"

  1. dominique brun dit :

    attention, l' »obligations de résultats » mène très vite à l’écrémage.
    on se retrouve avec des écoles loin du domicile, de bonne réputation, accessoirement payantes, plus chères que les autres, et des enfants internes avant un âge raisonnable, et comme écoles de proximité des écoles poubelles, avec des enseignants aussi bons que les autres, mais des élèves recrutés parmi des milieux peu aidants et pauvres.

    attention à ne pas idéaliser le passé, c’est de l’imaginaire (uniforme, cours le samedi, non mixité…) : c’est pas parce que quelque chose nous rappelle notre enfance que c’est mieux. c’est juste qu’on était jeune, encore, c’est ça qui était mieux.

    uniforme ou pas, c’est très secondaire. nous on avait des tabliers, et la différence s’établissait entre ceux qui avaient des tabliers bien repassés et ceux qui étaient froissés.
    les cours du samedi à une époque où personne ne travaille près de son lieu de naissance c’est une plaie pour les familles, qui ne peuvent plus se retrouver.
    quant à la mixité, ok pour la supprimer au collège, mais en primaire, elle est tout à fait nécessaire pour apprendre à se connaître, à entrer dans des relations d’amitié, à prendre des repères, à comprendre au moins un peu l’autre sexe, et ça évite des drames à l’âge du lycée ou de la vie étudiante.

  2. L’idée d’une pédagogie différenciée peut être séduisante, pour autant, dans un contexte d’individualisme roi, j’aurais tendance à me méfier grandement de cette idée : il y a là un risque élevé de passer immédiatement d’un système autocentré à une collection d’élèves (mais aussi d’établissements, voire d’enseignants, soucieux de leurs résultats, de leur CV…) encore plus autocentrés. De fait, la tension ne vient-elle pas notamment de l’incompatibilité entre une EN qui cherche encore, en théorie, à assurer un niveau standard à tous, et des élèves (et leurs parents) qui revendiquent une école centrée sur chacun d’eux, validant le désir de chacun, les facilités de chacun, cédant pour finir aux caprices de chacun, sous un emballage de « respect de la diversité » ? C’est tellement plus simple de crier à l’école formatante et totalitaire, que de faire l’effort de se confronter à cette réalité qu’on ne peut acquérir une formation ouvrant l’accès à l’emploi tout comme une culture qui forge le citoyen libre, sans effort, sans référentiels communs à toute la nation, sans niveaux de référence – juste en se laissant flatter et en appelant cela « respect de chacun ». D’autre part, attention à l’hyperspécialisation précoce qui donne des résultats séduisants à court terme, mais à long terme visse l’individu à une identité trop tôt définie – y compris dans sa propre tête – et limite aussi bien sa capacité d’adaptation et sa mobilité sociale que sa capacité à se sentir adhérent de quelque chose qui dépasse son intérêt individuel, le vivre-ensemble dans la Cité par exemple.
    Gardons-nous de crier au mammouth avec les loups, l’un des enjeux de l’écologie humaine doit aussi être de savoir dire non à tous les « Moi, moi, moi », à toutes ces… égolâtries qui façonnent et scellent en l’état des individus autocentrés, immatures, n’acceptant aucune limite ni règle pour eux-mêmes et se posant eux-mêmes en limite à imposer à tous. L’école, c’est aussi un lieu où l’enfant apprend qu’il n’est pas le centre du référentiel et qu’il existe des limites à sa toute-puissance. Et de manière générale, ce n’est pas en plaçant l’individu au centre des préoccupations qu’on y place l’Homme. C’est même le pire des pièges.

  3. Gabriel Privat dit :

    Bonsoir,

    Je vous remercie pour les commentaires que vous avez laissé sous cet article. J’ai tenté d’y répondre par le biais de mon Blog.

    Gabriel Privat

    Vous trouverez par ailleurs les réponses ci-dessous :

    Première réponse

    Bien sûr, il est difficile, en 4000 signes, d’exprimer les nuances d’un raisonnement. Ce que nous appelons une obligation de résultats s’appliquerait exclusivement, dans notre esprit, à la vérification de l’acquisition d’un socle de compétences et de connaissances par les élèves. Ce socle existe déjà pour chacun des cycles de l’école, primaire, secondaire premier degré et secondaire deuxième degré. Sous le nom de socle commun il renferme l’essentiel des compétences que l’on peut attendre de tout homme en matière de maîtrise de la langue, des mathématiques, des sciences physiques et naturelles, de repères historiques et géographiques, ainsi que dans la construction d’un raisonnement logique et argumenté. Ce socle commun est, aujourd’hui, une vaste plaisanterie car peu intégré dans les programmes, tombé du ciel sans concertation des enseignants et ne faisant l’objet d’aucune obligation de résultats. Il s’agirait donc, dans notre esprit, de renforcer l’impact de ce socle commun en en faisant véritablement un objectif. Il demeurerait donc un niveau national de compétences. A charge pour les établissements, selon leur type d’élèves et d’enseignants, de tenter de l’atteindre. Qui pourrait vérifier cet objectif ? Là encore, il n’est pas besoin de ré-inventer tout un système. Les inspections académiques pourraient tout à fait se charger de cette vérification, en association avec les enseignants et les directions. On peut tout à fait envisager, comme c’est le cas aujourd’hui, que les inspecteurs seraient plus ou moins compréhensifs selon la qualité initiale de l’établissement.

    L’intérêt d’en faire une obligation de résultats renforcée est de donner un objectif commun qui permette de coordonner la diversité des initiatives pédagogiques ou des projets d’établissements. Les chefs d’établissements de banlieues difficiles ne peuvent pas appliquer les mêmes méthodes d’enseignement et d’encadrement que dans les établissements des centres villes. Ils ne peuvent même pas s’appuyer sur le même type de personnel. Il convient, pour eux, de recruter un personnel expérimenté et possédant un solide charisme pour la gestion de groupes difficiles. Leurs projets d’établissements, fondés sur l’accueil d’enfants en grandes difficultés et de milieux très divers, seraient rapidement un fouillis inextricable si on envisageait pas, en parallèle, cette obligation.

    Aujourd’hui, il existe une école française à deux vitesses, avec des établissements de prestige, éloignés du domicile des parents, payants ou sélectifs, parfois les deux ; et des écoles de proximité de niveaux très divers, du pire au meilleur. Le recours à la liberté pédagogique et au projet d’établissement doit permettre de répondre à ces disparités, de les réduire.

    Concernant les questions d’uniforme, de non mixité, et autres, nous nous sommes mal exprimés. Il ne s’agissait pas, dans notre esprit, de promouvoir ces méthodes aux dépends d’autres, mais d’énumérer des exemples de politiques audacieuses et peu communes qu’un chef d’établissement pourrait initier.

    Deuxième réponse

    Il y a en effet un risque d’hyperspécialisation des établissements et de dérive vers une sorte d’individualisme consommateur exacerbé, à trop vouloir pratiquer la différenciation pédagogique dans une sorte de supermarché de l’éducation où tous les « cas » trouveraient l’école de leur choix. A ce titre, il faut déjà noter que ce risque est en cours de réalisation dans l’école telle qu’elle existe, avec le système des assistantes de vie scolaire, AVS, envoyées par le rectorat dans un établissement pour accompagner en cours un à deux élèves atteint d’un handicap et faire en quelque sorte leur secrétariat de cours, l’aide aux devoirs, etc. Une personne à plein temps ou à mi-temps pour un à deux élèves, trois maximum, afin de les accompagner dans leur dyslexie, leur dysorthographie, etc. Le procédé est louable, mais correspond au risque d’une école à la carte, mangeuse d’hommes et de capitaux.

    Le principe du projet d’établissement est déjà pratiqué par l’enseignement privé sous contrat d’association avec l’Etat. Il s’agit, pour nous, de libérer ce projet d’établissement en lui donnant une pleine liberté pédagogique, et de l’élargir aux établissements publics. Cependant, cette ouverture ne se fait pas aux dépends des autres principes de l’enseignement, à savoir :

    – La mission de service public.

    – L’accueil de tous les élèves.

    Pour assurer la préservation de ces principes il y a, d’une part, l’obligation du respect d’un socle commun de compétences et de connaissances, aujourd’hui vaste foutaise de l’éducation nationale, mais dont on pourrait tout à fait envisager une évolution plus heureuse dans ce contexte. Il y a d’autre part le mode de recrutement des enseignants. S’il est toujours possible de recruter des enseignants suppléants sur la base unique du CV, comme dans une entreprise, la plupart des enseignants, aujourd’hui, sont recrutés sur concours national. Pour autant, ces enseignants ne sont pas des numéros. La diversité de leurs parcours antérieurs, les formations qu’ils pourront suivre par la suite, l’orientation qu’ils souhaitent donner à leurs carrières doivent pouvoir être prises en compte. C’est cela que nous voulions dire par un recrutement sur CV et lettre de motivation. En ce sens, il n’y a aucune remise en cause du concours national, ni du statut de l’enseignant comme agent public. Il y a simplement la volonté de mieux mettre en valeur la diversité du personnel enseignant pour répondre à la diversité du monde des élèves.

    Il ne s’agit pas de révolutionner intégralement le monde de l’éducation, mais de rendre la liberté à ses acteurs tout en conservant les bases communes qui font de l’éducation, en France, un des éléments constitutifs de la Cité.

    Prendre en compte les différences de personnes pour, à partir d’une base commune, mener tous ces groupes hétérogènes vers des objectifs communs.

  4. bauwens dit :

    Bonjour,
    Je vous remercie pour vos articles, et je suis personnellement très sensible au sujet de l’éducation des jeunes car ce sont eux notre avenir.
    Vous axez principalement vos analyses et vos commentaires sur le système éducatif, l’école et les méthodes… tout en ayant bien soin de mettre l’homme au coeur du système.
    Mais ne pensez vous pas qu’il ne faut pas confondre éducation parentale et éducation nationale? Et que vous aurez beau avoir le meilleur système éducatif qui soit, avec des enseignants et un directeur d’établissement pro-actifs, si les parents ne font pas leur travail d’éducation le soir et le weekend, vous n’obtiendrez que de faible résultats au mieux? Par exemple, si vous laissez votre enfant regarder la télévision une heure le matin avant d’aller en cours (et ce n’est pas rare dans certaines familles), le cerveau n’est plus à même ni de mémoriser de l’information, ni de la synthétiser.
    Vous ne pouvez et ne devez pas remplacer le rôle des parents, mais de quelle manière peut-on les sensibiliser à un système éducatif vertueux? Et de quelle manière peut on (ou doit on) les rendre responsable de la réussite de leurs enfants?

    Merci de votre retour.

    • Privat dit :

      Cher Monsieur,

      Je ne vois votre commentaire qu’aujourd’hui.

      Votre question est difficile. Il n’y a pas de solution miracle face à la crise de l’éducation parentale, si ce n’est par la responsabilisation des parents.
      En effet, par exemple, face à l’absentéisme, la suspension temporaire des allocations familiales avait, durant le précédent mandat présidentiel, produit des miracles… Autre exemple, on remarque que les parents qui s’investissent le plus dans la vie de l’établissement scolaire où ils ont mis leurs enfants ont souvent des bambins aux bons résultats scolaires ou de bonne volonté dans l’institution. Il semble qu’il y ait un lien entre la capacité des parents à s’investir dans l’école, et leur responsabilisation vis à vis de leurs enfants. Une solution envisageable serait de permettre aux associations de parents d’élèves de s’investir plus dans la vie de l’établissement, par le bénévolat pour les cours de soutien, la préparation de fêtes de fin d’année, etc. Afin de responsabiliser un maximum de parents. Mais ce sont là des idées jetées rapidement, et qui n’ont pas la prétention d’être des solutions miracles.
      C’est une question à creuser.

  5. […] mardi, un article de votre serviteur a été publié sur le site de l’Ecologie humaine et a fait l’objet de deux importantes remarques de lecteurs. Il nous a semblé nécessaire […]

Donnez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

*