Les Heures sombres #COUPDECOEUR

Chaque mois, la Maison des films présente son coup de cœur cinéma. Il s’agit cette fois du film « Les Heures sombres », biopic réalisé par Joe Wright, sorti en janvier 2018, qui narre une partie de la vie de Winston Churchill, lorsqu’il devient Premier Ministre du Royaume-Unis alors que la Seconde Guerre mondiale fait rage.
"Un beau film historique qui place parfaitement le spectateur dans la peau d'une des figures les plus fascinantes du XXième siècle."

L’HISTOIRE

Le 10 mai 1940, après la démission du premier ministre Neuville Chamberlain, son successeur nommé en urgence est un homme de 65 ans, vieux briscard du parlement britannique : Winston Churchill.

Sa situation est particulièrement précaire, car l’avancée des nazis en Europe de l’ouest fait souffler un vent de panique sur la population. Le roi George VI est réticent à collaborer avec l’excentrique Churchill et tout le monde prépare déjà l’après, au sein du gouvernement de coalition qui se forme autour de lui.

Mais Churchill va devoir réagir au plus tôt et prendre clairement position face à ceux qui prônent la négociation avec Hitler. Car les armées britanniques sont assiégées à Dunkerque et au bord de l’anéantissement…

L’AVIS DE ROMAIN

« Dans l’exercice périlleux du biopic, le succès est conditionné par la capacité d’un cinéaste à capturer un moment clé de la vie d’une célébrité ou d’une figure historique. Ce moment peut n’être qu’une journée particulièrement importante ou bien s’étendre de la petite enfance jusqu’à la mort du personnage. La plupart du temps cependant, les films qui réussissent à composer un récit à part entière sont ceux qui traitent d’une crise précise et de la façon dont elle a mis à l’épreuve le protagoniste. Dans le cas de « Les Heures sombres », ce segment temporel est extrêmement bien choisi. Car s’il y a bien eu un instant clé dans la vie de Churchill, et au sein même de son unique mandat, ce fut dans ces semaines déterminantes qui ont suivi sa nomination. Jamais premier ministre n’aura senti à ce point peser sur ses épaules le poids du monde entier.

Gary Oldman produit une de ces interprétations dont l’académie des oscars raffole. Il est méconnaissable, tant dans son physique que dans sa diction, sa posture et sa démarche. Il se fond parfaitement dans l’image classique du légendaire premier ministre et en devient l’incarnation indiscutable. Le film multiplie les anecdotes historiques les plus authentiques et la volonté de retranscrire à la perfection la réalité de cette époque est évidente.

Si le récit demeure somme toute assez sage, il s’agit à ma connaissance du seul film de ce calibre à avoir traité en profondeur le personnage de Churchill, à l’avoir humanisé sans pour autant lui retirer sa dimension quasi mythique. La sincérité du propos touche juste et le spectateur ressortira de ce récit plus éduqué sur l’histoire britannique et nourri d’un exemple d’héroïsme et d’humanisme qui ne doit pas être oublié. »

Retrouvez la critique complète de ce film

La maison des films est sur Twitter : @lmdfjc

À propos de l'auteur

Courant pour une écologie Humaine

Vos réactions

Soyez le premier à donner votre avis

Donnez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

*