S’ouvrir et s’épanouir !

Laurence Oudjani, Psychopraticienne formée, entre autres, à la méthode Vittoz, évoque les bienfaits liés à l’ouverture : de soi par rapport à soi-même, aux autres et au monde qui nous entoure. Une belle interview qui fait découvrir les points essentiels à développer au quotidien, pour être pleinement épanoui !

laurenceoudjani_player

 

QUELQUES PRÉALABLES À L’OUVERTURE

« Pour s’ouvrir, il faut se sentir en sécurité. Il est donc nécessaire, avant toute chose, de s’enraciner : cela permet de sentir des appuis et ainsi, d’oser s’ouvrir. S’enraciner est d’ailleurs le thème que vous avez déployé lors de la dernière soirée Cap 360°.

Pour bien s’ouvrir, il est important de vivre l’instant présent ; apprendre à développer son état de présence à moi, aux autres et au monde qui m’entoure. Si l’on souhaite s’ouvrir en sécurité, il est nécessaire de savoir dire de vrais oui et de vrais non. Pour cela, il faut être connecté à ses besoins profonds, apprendre à sentir ce qu’ils sont. Nous sommes responsables de nos propres besoins : il faut donc apprendre à en prendre soin et à les exprimer quand on souhaite que les autres nous aide. Cela va nous permettre de prononcer des OUI et des NON sincères. Car, si on se force à faire quelque chose qui n’est pas bon pour nous, on ne va pas bien le faire. A contrario, si on ne sait pas dire Oui à ce qui va nous faire du bien, une partie de notre potentiel ne se développera pas.

La confiance est également un point important pour s’ouvrir : pouvoir déposer ses fardeaux auprès de quelqu’un qui va comprendre, qui peut accueillir sans jugement, offre la possibilité de s’ouvrir intérieurement et extérieurement. Lorsqu’on est accompagnateur, il s’agit de faire confiance aux capacités de la personne accompagnée à rebondir. On aide la personne à dévoiler tous les talents qu’elle a en elle. Pour illustrer cela, prenons l’image d’une plante : si on tire dessus, elle se casse ; si on lui met trop d’eau ou si on l’expose excessivement au soleil, elle se fane. Au contraire, si on dose justement tous les paramètres qui la ressourcent, elle pourra alors se développer et montrer son unicité.

 

LA BOUSSOLE DES ÉMOTIONS : LA JOIE EST AU NORD !

S’ouvrir à soi, c’est s’ouvrir à ses émotions. Nos émotions sont des alertes : si je les écoute, elles vont s’apaiser. Art-mella a sorti une BD intitulée « Émotions : enquête et mode d’emploi » : un bon moyen de découvrir la « boussole des émotions » dont le nord représente la joie.

On s’aperçoit que beaucoup de personnes n’ont pas le vocabulaire pour nommer leurs émotions… il est donc nécessaire d’apprendre cela et de prendre également conscience que la cause de l’émotion est différente de son déclencheur. J’ai comme exemple cette petite fille qui refusait d’aller à l’école, alors que tout se passait bien pour elle là-bas, tout simplement parce que sa maîtresse avait exactement la même coiffure que sa première nourrice, qui l’avait maltraitée.

On peut donc en déduire que parfois on peut réagir de façon disproportionnée à un détail – une coiffure, un sourire, un pull – qui réveille en nous un souvenir ancien douloureux.

Pour la petite histoire, cette enfant est ensuite retournée à l’école sans problème. Le souvenir a été archivé et la charge émotionnelle, libérée. Maintenant, il n’y a plus d’activation avec cette coiffure : c’est ce que l’on peut faire également avec d’autres émotions.

Si on écoute nos émotions, si on les accueille, elles s’apaisent. Et ça nous permet de nous réorienter vers la joie. Dans la joie, il y a aussi la gratitude. Plus je vais pouvoir éprouver de la gratitude, mieux je me sens et plus je peux vivre mes relations sereinement.

Dans le courant de psychologie positive actuelle, ils insistent beaucoup sur cette notion de gratitude. Les personnes qui en éprouvent sont effectivement mieux à tous niveaux : cognitif, émotionnel, physique…

Souplesse, simplicité, sincérité : ces trois attitudes favorisent une vraie ouverture. Il est important d’être sincère avec soi-même et avec les autres, sinon il n’y a pas de vraie ouverture. La profondeur est dans la simplicité : l’instant présent, une rose, le regard ou le sourire de quelqu’un… . Cela permet de développer un langage verbal et non verbal qui favorise une communication plus vraie. Quant à la souplesse, c’est elle qui permet l’ouverture.

 

Pour conclure, je dirais que le fait de s’ouvrir permet : d’être vrai avec soi et avec l’autre ; de créer des relations plus harmonieuses ; de s’ouvrir à tous ses talents, de les développer, de s’enrichir et d’enrichir l’autre.  S’ouvrir permet donc de s’épanouir ! »

 

  • S’ouvrir et s’épanouir !
    Notez cet article

À propos de l'auteur

Courant pour une écologie Humaine

Vos réactions

Soyez le premier à donner votre avis

Donnez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

*