Un goût de vacances #ActionHumanisante

Dans le cadre de la saison 3 de la form’action Cap 360°, l’équipe bordelaise du Courant pour une écologie humaine a invité des personnes en réinsertion sociale à vivre une journée ensoleillée et familiale sur le bassin d’Arcachon. Récit d’un moment heureux.

LE CONTEXTE

Était proposé aux participants de la form’action Cap 360° saison 3 la réalisation d’une action collective visant plusieurs objectifs : lutter contre l’isolement, agir à proximité avec délicatesse, travailler à pacifier et apaiser les relations entre les personnes et les communautés. Il s’agissait également de rencontrer plusieurs personnes ressources, des médiateurs, pour construire l’action de façon pertinente. Le tout étant à inscrire dans une perspective de bien commun, harmonisant le bien de chacun et le bien de tous.

QUI RENCONTRER ?

« Écoutez, dit Thierry, j’ai la possibilité d’ouvrir une maison familiale sur le bassin d’Arcachon. Je vous propose d’y organiser une journée de rencontre et de fête avec les pensionnaires de la Maison de Marie. Qu’en pensez-vous ? » L’équipe de Bordeaux dresse l’oreille. Qu’est-ce que la Maison de Marie ? Qui en sont les pensionnaires ? Cette action correspond-elle aux objectifs proposés par le CEH ?

Voici ce que l’équipe apprend de La Maison de Marie : il s’agit d’un ancien presbytère, non loin du quai des Chartrons, prêté par la Mairie de Bordeaux. La vocation de cette maison est un accueil « sur-mesure » de personnes en errance, de toutes nationalités, de toutes confessions (ou sans), de bonne volonté, qui veulent se mettre à l’abri, avoir un toit, une cellule familiale, pour changer de vie. La vie commune qui en résulte s’organise autour d’un règlement intérieur simple afin que la vie se déroule dans la paix, le respect des différences, avec le désir de faire de son mieux et de s’entraider. Cette structure fonctionne avec des volontaires qui, pour certains, vivent également dans la maison au quotidien ; il n’y a pas de salariés.

L’équipe est enthousiaste et décide de rencontrer les habitants de cette structure peu commune lors d’un déjeuner dominical. C’est la fondatrice qui leur ouvre la porte : « Nous avons découvert une femme ouverte, spontanée et naturelle qui, avec un grand élan de générosité, diffuse un véritable esprit de famille au sein de cette maison dédiée aux plus démunis ». Le contact passe magnifiquement : c’est avec les pensionnaires de la Maison de Marie que la journée festive s’organisera !

LE JOUR J…

Mercredi 11 juillet 2018. 28° C. Un soleil radieux illumine le bassin d’Arcachon. Les membres de l’équipe du CEH, aidés de quelques amis, arrivent à l’avance pour préparer de grandes tablées sous les pins odorants. La maîtresse de maison, Geneviève, 90 ans, sort ses plus belles nappes pour l’occasion. Et les habitants de la Maison de Marie arrivent, en nombre : une trentaine d’adultes accompagnés d’une vingtaine d’enfants. Tels une caravane de mages, leurs bras sont chargés de mets somptueux, spécialités d’Irak, d’Arménie… Non seulement ils arrivent avec tout le repas, mais c’est ils instaurent aussi une ambiance chaleureuse, simple, lumineuse. Des conversations légères s’instaurent. Cette journée a un bon goût de vacances… et pour parfaire le moment, la marée est au rendez-vous. Les enfants, qui, pour certains, n’ont jamais vu la mer, s’y jettent avec des cris de joie tandis que les adultes, sur le sable chaud, les regardent et rient tendrement.

L’air fraîchit : il est temps de rentrer dans les covoiturages organisés pour l’occasion. Les habitants de la Maison de Marie sont émus d’avoir été accueillis par cette Française pétulante qu’est Geneviève. Ils ne tarissent pas d’éloge sur son énergie. Quant à l’équipe du CEH, elle s’organise déjà pour relancer cette action l’année prochaine !

 

En y repensant, Thierry est frappé par la simplicité de cette journée. Quelques heures volées à un quotidien difficile. Un moment d’éternité où la personne, dans son humanité la plus simple, la plus fabuleusement commune, est au centre de tout.

Antoine, quant à lui, voit planer un seul état sur tout l’événement : le bonheur. Une chance unique de faire connaissance avec des personnes en difficultés (alcool, handicaps divers), éloignées d’un contact quotidien avec la société.

Vous pouvez également lire :

  • Un goût de vacances #ActionHumanisante
    Notez cet article

À propos de l'auteur

Courant pour une écologie Humaine

Vos réactions

Soyez le premier à donner votre avis

Donnez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

*