Anne Moreau est diététicienne et psychonutritionniste. En octobre 2021, elle a fait paraître aux éditions CLD un manuel de cuisine saine et durable, en partenariat avec les maisons Lazare : Ma petite cuisine Laudato Si’. Une belle aventure qu’elle a pris le temps de nous raconter.

Une vocation : la nutrition

Anne Moreau, diététicienne et psychonutritionniste : “Ce métier de diététicienne est presque une vocation : je m’engage dans les études de nutrition après mon baccalauréat. Suite à quoi j’intègre une école de commerce qui m’amène à occuper des postes de cadre dans l’industrie agro-alimentaire. Ma conscience des enjeux liés à la transition alimentaire et mon intérêt grandissant pour l’écologie intégrale m’incitent, en 2018, à prendre un véritable virage dans ma vie professionnelle : je quitte mon poste de responsable développement durable et m’engage à fond dans dans les questions de consommation responsable et d’alimentation durable. Cet été-là, je passe un CAP cuisine en candidat libre. Et je poursuis avec un diplôme universitaire en pédagogie et psychologie du comportement alimentaire. Aujourd’hui, je suis diététicienne, je dirige une fondation d’entreprise faisant de la recherche sur les comportements alimentaires et j’enseigne l’alimentation durable à de futurs chefs, à l’Institut Paul Bocuse. Ma seconde spécialité concerne les troubles du comportements alimentaires et dans mes consultations et stages, j’aide les femmes à apaiser leurs relations à leurs corps et à la nourriture. J’accompagne également des femmes sur leur transition alimentaire et plus globalement sur leur relation à l’alimentation. Je suis ce que l’on appelle une slasheuse de l’alimentation saine et durable !

Un émerveillement, une critique et l’aventure débute

Amie de longue de l’association Lazare, j’écris à son secrétaire général Pierre Durieux en 2019 ; nous revenons d’un séjour Fratello à Lourdes. Je témoigne de ma joie d’être amie de Lazare depuis toutes ces années et de vivre ces beaux séjours avec eux. Mais en parallèle, je me questionne sur la place de la consommation responsable au sein de leurs colocations. Je lui propose de mettre à disposition des colocataires mes connaissances sur la nutrition et l’écologie du quotidien pour les aider à prendre soin de TOUT le vivant et s’inscrire, toujours davantage, dans la dynamique de Laudato Si’.

Je conclue mon courrier par une proposition, qu’il accepte : lancer des ateliers “zéro déchet” ou encore “alimentation saine et petit budget” au sein des colocations. À partir de là, nait une autre idée, celle de créer un livret de recettes afin d’inspirer les colocataires Lazare à cuisiner sans viande, bio, et à petit budget. Pierre est partant et va même plus loin en proposant d’en créer un manuel et… de se faire éditer ! Nous contactons donc les Éditions CLD et voici que nait Ma petite cuisine Laudato Si’. Ce projet est réellement né ensemble ; c’est pour cette raison que je partage mes droits d’auteur avec l’association Lazare.

Un manuel de cuisine gourmand et pédagogique

Ma petite cuisine Laudato Si’ est un ouvrage à la fois concret et gourmand, autour de recettes simples et accessibles, tant en termes de difficulté que dans les matières premières engagées dans les recettes.

L’ouvrage est composé de 10 chapitres qui s’ouvrent à chaque fois sur un chiffre clé. L’intention est de comprendre les problématiques autour de la santé et de la planète : consommer moins de viande (surtout rouge !), se mettre à la cuisine zéro déchet, lutter contre le gaspillage alimentaire, désencombrer sa cuisine…
À la fin de chaque chapitre, on trouve des conseils pour avancer concrètement sur la thématique abordée et des recettes qui incitent à passer à l’action.

Pauline Lavatine, styliste culinaire et Fabrice Veigas, photographe, ont su magnifier le travail produit en cuisine. C’était une très belle collaboration, d’autant qu’ils avaient initialement accepté de travailler bénévolement. Qu’ils en soient chaleureusement remerciés ! 

Ma source d’inspiration pour ces recettes ? La nature et ses saisons, pour commencer. Mais aussi ma culture culinaire familiale : mon père cuisine beaucoup ! J’ai simplement apporté ma touche de modernité pour faciliter la réalisation quotidienne des recettes.

Créer le monde que nous souhaitons par nos choix de consommation

Bien sûr, j’avais lu l’encyclique Laudato Si’ rédigé par le pape François en 2015. À cette époque, j’étais déjà bien engagée dans ma transition écologique. J’y ai trouvé est un message novateur, mêlant questions environnementales, anthropologiques et spirituelles. Les enjeux sont mis en perspective dans une logique d’universalité. Il y a cette évidence selon laquelle tout est lié. Les choix de consommation que je fais en France ont une portée et une conséquence pour mon frère qui habite plus loin dans un territoire où, peut-être, les températures ne lui permettent pas de vivre dignement et empêche la nature de produire de quoi se nourrir. C’est cette philosophie Laudato Si’ que j’ai eu envie d’inscrire dans ce manuel de cuisine saine et durable.

Évidemment, le sujet de la consommation soulève des questions que je manie depuis de nombreuses années. J’ai fait l’effort d’aller me redocumenter afin de vulgariser mon propos dans Ma petite cuisine Laudato Si’. J’ai voulu créer un ouvrage s’appuyant sur des données les moins subjectives possibles : en moyenne, 1/4 de notre empreinte écologique individuelle est liée à la consommation alimentaire. Cela engage des sujets qui peuvent fâcher : consommation de viande rouge, agriculture biologique et toutes ses controverses, question des suremballages…

Quel monde souhaitons-nous ? De quoi avons-nous vraiment besoin pour vivre dans ce monde ? À travers la question de la consommation responsable et de la cuisine, l’invitation est de se réapproprier les choix que nous faisons au quotidien, en faveur d’une vie plus équilibrée.

Dans le temps que nous consacrons à la cuisine, c’est toute notre relation au vivant qui est questionnée. Lorsqu’on parle de faire des choix en faveur d’une écologie intégrale, même des gestes simples, comme faire soi-même une pâte à tarte (7 min de tour de main) a une double valeur : celle d’apprendre et/ou transmettre des gestes culinaires et prendre le temps de lâcher son portable pour mettre de l’amour dans le dîner que l’on prépare pour sa famille, et celle de se reconnecter à ce que la nature nous donne, de toucher les aliments, la farine… je vous assure, ça fait du bien ! D’ailleurs, c’est assez magique, en cuisine, c’est la nature qui décide ce qui va se retrouver dans nos assiettes ! Nous, hommes, sommes dans une posture où l’on reçoit ce qui est donné. Il y a là quelque chose de précieux, de l’ordre du cadeau.

L’histoire de la soupe de pois chiche

Crédit : © DR

Si j’ai choisi de m’associer à l’association Lazare, c’est pour porter et incarner des valeurs de générosité et de partage, essentielles en cuisine !

Une recette du manuel l’illustre d’ailleurs à la perfection : celle de la soupe rustique de pois chiche (p.58). C’est une recette symbolique qui m’a été soufflée… par le pape François ! Il se trouve que les colocataires Lazare ont eu l’opportunité de le rencontrer. Dans ce cadre, la question lui a été posée : s’il devait venir dîner dans une colocation Lazare, quel plat aimerait-il partager avec les résidents ? Le pape a répondu : une soupe de pois chiche.

Il a donc fallu que je créé cette recette, au cas où le pape François viendrait dîner avec nous au sein d’une colocation Lazare !

Cuisinez, avec vos sens !

J’ai peu de conseils à donner en cuisine, si ce n’est de cuisiner ! Cuisinez le plus souvent possible, avec gourmandise, avec bon sens et avec tous les sens. Les gens qui cuisinent ont tendance à mieux sélectionner les aliments et être plus exigeants sur la qualité, l’origine et, bien sûr, ils consomment des produits bruts. Exit les emballages ! Cuisiner, c’est donc extrêmement salutaire pour la santé comme pour la planète… Sachant que l’on passe plus de 3h40 sur un téléphone connecté, ça n’est probablement pas le temps qui nous manque mais plutôt le choix de prendre soin de notre alimentation et un zeste d’organisation !”


En bonus, découvrez deux recettes intégrales tirées de Ma petite cuisine Laudato si’ : manuel de cuisine saine et durable, la “Soupe rustique de pois chiches” et la “Tarte aux figues et à la poudre d’amandes.”