Too Good to Go, l’appli anti-gaspi alimentaire

En discutant avec Bénédicte, consultante en marketing et innovation en agroalimentaire, fortement impliquée dans la lutte anti-gaspillage alimentaire, nous avons découvert « Too good to go« ,  une application révolutionnaire qui permet de récupérer les invendus des commerçants avant la fermeture. Et ce, au moindre coût, ce qui leur évite ainsi la triste fin d’un fond de poubelle. Impossible de ne pas partager l’info avec vous également. 
TGTG-gris-1

LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE : QUELQUES CHIFFRES

Oui, parce que le gaspillage alimentaire est un vrai sujet. Ce sont 1,3 Milliards de tonnes de nourriture qui sont jetées par an dans le monde. Environ 6 à 11 kg dans les pays d’Afrique et d’Asie à mettre en parallèle avec la scandaleuse fourchette existante en Europe et Amérique du Nord : de 95 à 115 kg. En France, selon l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), le gaspillage alimentaire représente 29 kg par an et par habitant, dont 7 kg d’aliments encore emballés. À multiplier par à peu près 67 millions, ça fait un sacré paquet de nourriture gâchée – on vous laisse faire le calcul…

Il s’agit donc d’agir, chacun à son niveau, pour réduire drastiquement ces chiffres qui font mal au cœur… et justement, voici une bonne idée !

TooGoodToGo3

TOO GOOD TO GO : UNE BELLE HISTOIRE

C’est en passant devant une boulangerie qui se débarrassait de ses invendus de la journée, que Lucie Basch, 25 ans, a décidé de combattre le gaspillage alimentaire. C’est ainsi qu’en juin 2016, elle lance une application innovante, Too Good to Go.

 « J’ai toujours été sensible au gaspillage alimentaire. On jette un tiers de ce que l’on produit. Cela représente 20 tonnes de produits alimentaires par minute. Aujourd’hui avec les outils techniques, on peut rapprocher les gens, au bon moment, au bon endroit. Il y a beaucoup d’associations qui vont chez les commerçants chercher les invendus et les redistribuent, mais ils n’ont pas assez de moyens pour tout faire. La question était : comment peut-on décentraliser tout ça ? C’est de ce constat et de cette problématique que l’idée est née. »

too-good-go-la-nouvelle-appli-anti-gaspillage-arrive-nantes_0

COMMENT CA MARCHE ?

Sur leur téléphone, les utilisateurs géolocalisent les commerçants partenaires autour d’eux qui proposent leurs invendus, le nombre de paniers disponibles ainsi que leur prix.  Après avoir fait leur commande –  une boîte pesant en moyenne 500g d’aliments – ils payent un petit prix en ligne, et passent à la fermeture récupérer leur ‘panier surprise’, composé en fonction des invendus du jour ».

Point bonus ? Il est possible d’annuler la commande jusqu’à 3 heures avant l’heure de retrait. Attention à ne pas faire faux bond : les utilisateurs de Too good to go perdraient alors la somme versée et, par la même occasion, la nourriture devant être consommée le jour-même.

Les réductions peuvent atteindre 50 % et aller jusqu’à 80% par rapport au prix de base. Chaque commerçant est libre de fixer sa propre réduction. Et Too Good to go prélève la somme de 1 € sur chaque panier vendu.

 

TooGoodToGo (1)

QUOI D’AUTRE ?

L’application fait un tel tabac, qu’elle s’est développée dans plus d’une trentaine de villes françaises et s’expatrie petit à petit en Europe : Suisse, Allemagne, Danemark, Norvège…

Too Good to Go, c’est aussi un élan du cœur. Depuis sa création, Too Good To Go organise des distributions solidaires d’invendus aux plus démunis. L’idée est que cette lutte contre le gaspillage profite à tous, et surtout à ceux qui en ont le plus besoin ! Grâce à la mobilisation de centaines d’utilisateurs-donateurs, ce sont déjà plus 2500 repas qui ont été distribués aux sans abris aux quatre coins de la France. Pourquoi pas vous ?

Bref : du bien pour l’Homme, du bien pour la planète. Un cercle vertueux comme on les aime !

TooGoodToGo

Sources

  • Notez cet article

À propos de l'auteur

Courant pour une écologie Humaine

Vos réactions

Soyez le premier à donner votre avis

Donnez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

*