Ce mois-ci, La Maison des bouquins propose un recueil de punchlines aussi hilarantes que cinglantes ! Solange Dhair, l’auteur de ce coup de cœur, a passé son premier confinement dans les Pyrénées, en Ariège, chez sa grand-mère… Une sacrée personnalité que cette dernière, attachante et piquante !

Quel plaisir de lire ces chroniques pleines de joie et de fraîcheur ! Quand les faits quotidiens ordinaires rencontrent une belle plume, ils se transforment, par la beauté du style et la force de l’amour, en perles rares.

L’HISTOIRE

« Bon. Maintenant que je suis complètement à poil, tu peux la faire publier, si tu veux, ta prose. Ça changera plus grand-chose. »

Ça, c’est la fin de l’histoire. Ma grand-mère est une machine à punchlines. Deux mois et demi de confinement chez elle, dans un petit village ariégeois (Seix, oui, c’est bien comme cela qu’il se nomme) : il me fallait transmettre son imbattable énergie à ceux qui pourraient en avoir besoin durant cette période historique plutôt effrayante.

Découvrez donc cette femme étonnante, résiliente, émouvante et quelquefois, aussi, légèrement abrasive (si, si !) qui saura dissiper la morosité ambiante en provoquant chez vous un frémissement de sourire, un gloussement, voire une franche rigolade !

L’AVIS D’ANNE

“Mars 2020, l’auteur est parisienne et s’avise de prendre une semaine de vacances chez sa grand-mère dans un joli patelin paumé de l’Ariège appelé Seix.

Problème numéro un : elle s’y retrouve surprise et coincée par le confinement avec presque rien à se mettre (forcément : la valise était faite pour quelques jours).

Problème numéro deux : la chère grand-mère est un mix de tatie Danièle et de lady Violet Crawley. Une longue cohabitation promettait d’être rock’n roll, elle a tenu ses promesses…
Qui a dit “Il n’y a pas de problèmes il n’y a que des solutions” ?

Comme Solange Dhair aime vraiment, profondément, cette grand-mère qui la fait hurler de rage et de rire, il ne restait plus qu’à compiler les punchlines de ladite grand-mère et en faire ce bouquin que j’ai trouvé désopilant (j’ai un faible pour l’humour vache).
C’était ça la solution.

Et moi j’aimerais bien qu’on me présente cette vieille dame que le Covid s’est bien gardé d’attaquer !”


Retrouvez la critique entière sur lamaisondesbouquins