Raphaèle Bernard-Bacot, artiste butineuse et auteure de « Jardiniers des villes, portraits croqués sur le vif » paru en mai 2020, propose, au rythme des saisons, sa chronique potagère. Le thème des choux est à l’honneur en ce mois de décembre !

Le chouchou des bons vivants

Comment le Capitaine Cook a-t-il  pu préserver son équipage du scorbut, les romains supporter les excès de table et de boisson, ou encore les paysans du moyen âge survivre aux épidémies ? Mais c’est en consommant du chou bien sûr !

En effet, ses qualités sont indiscutables car il contient du soufre, de l’iode et du calcium et une forte teneur en minéraux. Il soigne efficacement toutes sorte d’affections, en particulier celles du système digestif mais lutte aussi contre la mélancolie…parfait pour la période austère que nous traversons ! Mais précisons quand même que ses vertus concernent le chou cru. Une ou deux feuilles à croquer en salade en début de repas et le tour est joué. 

Quant à la cuisine avec le chou braisé, le chou farci, la soupe aux choux, ou encore la choucroute, ses recettes sont si nombreuses que je crains de m’égarer loin du potager . Revenons-y !

Le chou fait partie de la famille des crucifères, originaire de nos côtes océaniques où il n’est pas rare de le voir encore pousser de façon sauvage. On compte aujourd’hui plusieurs centaines de choux différents issus des croisements réalisés au fil des siècles . Certains sont des fleurs, d’autres des feuilles lisses, des feuilles cloquées, chou blanc, vert, ou rouge, choux de Bruxelles, de Milan, de Savoie, du Portugal ou encore le chouchou de ces dames, le chou Kale ou chou palmier.

En promenade au potager du Roi, mon regard a été attiré par ce drôle de spécimen dont les feuilles gaufrées forment un élégant bouquet en forme de palmier. Le chou palmier noir de Toscane a été redécouvert récemment. D’une couleur vert foncé, tirant presque sur le noir quand la période de froid s’amorce. Ses feuilles sont finement gaufrées à l’image de celles des choux de Milan. 

On les sème de mars à juin ou de mi-août à septembre puis ils sont repiqués soit au printemps soit en été. Ils peuvent se récolter jusqu’à 7 mois après leur plantation. Il est sage de les entourer au potager de plantes aromatiques comme le thym ou la sauge afin de décourager ses parasites tels le redoutable papillon nommé piéride du chou ou l’altise qui a vite fait de transformer ses feuilles en dentelle.

Le chou étant un grand gourmand, il faut bien veiller à nourrir la terre de fumure ou autre engrais naturel riche en azote et potasse afin qu’il y trouve son compte et l’arroser abondamment.

Ainsi, chéris des bons vivants, les choux sont aussi les chouchous des jardiniers qui aiment voir leur potager endormi en hiver, s’animer de charmants petits palmiers qui, eux, ne craignent pas le gel. 

ipsum sed sit elit. diam id