La Maison des bouquins propose un roman poignant, qui lève le voile sur la condition des femmes au Sahel : les impatientes, deuxième livre de l’auteur Camerounaise Djaïli Amadou Amal, publié en septembre 2020, aux éditions Emmanuelle Collas.

 Au bout de la patience, il y a le ciel.

Proverbe africain

L’HISTOIRE

« Patience, mes filles ! Munyal ! Telle est la seule valeur du mariage et de la vie. Telle est la vraie valeur de notre religion, de nos coutumes, du pulaaku. Intégrez-la dans votre vie future. Inscrivez-la dans votre cœur, répétez-la dans votre esprit ! Munyal, vous ne devrez jamais l’oublier ! » fait mon père d’une voix grave. »
Et ce mot « Munyal ! », revient en force de très nombreuses fois, comme une litanie, une véritable injonction à ces femmes qui ne connaissent que la soumission ou qui doivent la subir.

De la patience, les trois femmes concernées, Ramla, Hindou et Safira (sans compter les autres femmes de leur famille ou connaissances), elles en ont ont énormément, jusqu’au point de non retour. De « patientes », elles finissent par devenir, par la force des faits, « Les impatientes » car point trop n’en faut. Elles y auront mis beaucoup de temps et de volonté, d’abnégation, pour finalement se rebiffer. C’est que lorsque la coupe est pleine, elle déborde et il ne faut plus en rajouter, trop c’est trop….

Mariage précoce forcé, viol conjugal, consensus et polygamie. Avec Les Impatientes, Amal brise les tabous en dénonçant la condition de la femme dans le Sahel et nous livre un roman poignant sur la question universelle des violences faites aux femmes.

Pour ce deuxième livre, Djaïli Amadou Amal a reçu le Prix Orange du Livre en Afrique 2019.

L’AVIS D’ANNE

Au sein d’une concession au Sahel, les hommes sont polygames et tout puissants. Aux femmes, il reste l’ennui et l’apprentissage de la patience. “Patience ma fille, patience” répètent les mères qui craignent plus que tout d’être répudiées. Patience. Endure tout, supporte tout pour que ton mari soit heureux et toi à l’abri.
Le père d’Hindou lui impose un mariage le même jour que sa cousine Rama et cela malgré les pleurs et les supplications : Hindou était promise à un jeune homme qui lui aurait ouvert les portes de l’émancipation avant qu’un vieux et riche barbon pose les yeux sur elle et la demande en mariage. Rama, elle, va tomber dans les pattes d’un cousin violent et bon à rien de la concession d’à côté. Aucune des deux ne pense pouvoir supporter un tel destin.
Safira ne veut pas voir arriver Hindou dans sa concession, car elle est restée seule 20 ans avec son mari qu’elle aime et qui tout d’un coup décide de prendre une deuxième femme.
Trois femmes en révolte.

Je n’ai pas lâché ce roman qui a un petit arrière-goût de “pour de vrai”… au XXIè siècle.

À PROPOS DE L’AUTEUR

Djaïli Amadou Amal, née en 1975 à Maroua dans l’extrême-Nord du Cameroun. Mariée à dix-sept ans dans le cadre d’un mariage arrangé, Amal a connu tout ce qui rend si difficile la vie des femmes du Sahel. Devenue écrivaine, Amal s’est affirmée en militante féministe à la tête de l’association ” Femmes du Sahel ” devenant ainsi La ” voix des sans voix “. Son premier roman Walaande, l’art de partager un mari, paru en 2010, lui conféra une renommée immédiate.
Lauréate du 1er Prix Orange Livre en Afrique 2019, Amal est une des valeurs sûres de la littérature africaine et l’un des plus importants auteurs peuls du Sahel. Avec son roman Les Impatientes, Amal est publiée pour la première fois en France.

Donec fringilla diam efficitur. libero Lorem facilisis venenatis dolor mi,