La Maison des bouquins propose un roman sur la séparation et le déracinement. Écrivain napolitain, Viola Ardone a publié Le train des enfants en Janvier 2021, aux éditions Albin Michel.

L’HISTOIRE

La Seconde Guerre mondiale a laissé l’Italie au bord de la misère, le Sud étant encore plus éprouvé que le Nord. Les fascistes balayés, les communistes se saisissent des béances du pouvoir. Une association met en place un programme d’accueil d’enfants napolitains très pauvres par des familles de Modène ou Bologne.

Entre 1946 et 1952, 60 000 enfants seront envoyés ainsi  au nord de l’Italie dans des trains appelés les « trains du bonheur. »

Amerigo a 7 ans. Speranza est son nom, celui de sa mère, Antonietta, célibataire et démunie. Surnommé « Nobel » dans les quartiers populaires de Naples, Amerigo est cultivé et débrouillard pour son âge. Cela n’empêche pas sa mère de s’inquiéter. Qu’a-t-elle à lui offrir ? Elle se décide alors à l’envoyer dans les trains du bonheur, au risque de changer irrémédiablement sa relation avec son fils.

L’AVIS D’ANNE

Si je vous dis communistes, chaussures et violon, vous me direz qu’il n’y a aucun rapport. Et pourtant si : ce sont des éléments clés de la vie d’Amerigo, petit Italien vivant une misère terrible dans un quartier ultra pauvre de Naples en 1946.

Au sortir de la guerre, l’Italie du nord et celle du sud ne mangeaient pas de la même façon : faim au sud, “opulence” au nord, d’où l’idée des communistes d’affréter des trains, de les remplir d’enfants du sud pour les envoyer dans des familles du nord, quelques mois, le temps de remplumer ces petits. Mais si Amerigo vit seul avec sa mère qui se bat pour survivre, il tient à son quartier et à ses amis, et puis tellement de bruits courent : les parents vendent leurs enfants pour s’en sortir, les enfants sont envoyés en Russie, etc. Comment ne pas avoir peur ?

Amerigo partira pourtant avec son copain Tommasino. Et toute cette aventure qui va radicalement modifier son destin, c’est lui, enfant de huit ans, qui nous la raconte… Jusqu’à ce qu’on le retrouve adulte à la fin du roman.

À PROPOS DE L’AUTEUR

Née en 1974, Viola Ardone est diplômée de lettres. Après quelques années dans l’édition, elle enseigne aujourd’hui l’italien et le latin, tout en collaborant avec différentes publications. Le train des enfants est son troisième roman.


Retrouvez toutes les critiques de la maison des bouquins : lamaisondesbouquins.webnode.fr

diam in lectus quis, id ante.