Pour ce retour de vacances 2020, la maison des bouquins met en valeur un recueil de nouvelles de François Garde, paru aux éditions Paulsen, en juillet dernier : « Lénine à Chamonix ».


Ses nouvelles courtes ou longues, teintées d’humour, de drame ou de fantastique, racontent la montagne, ses conditions de vie, ses métiers, ses habitants, ne se bornant pas au monde de l’alpinisme ou alors l’abordant de façon singulière.

Le Dauphiné.com

L’HISTOIRE

Un séjour de Lénine dans la vallée de Chamonix, un gardien de phare échoué dans un refuge, un diamant du Malabar Princess qui se raconte à la première personne… Tout le talent de narrateur de François Garde, habitant de la vallée et prix Goncourt du premier roman en 2012 pour Ce qu’il advint du sauvage blanc, au service de douze nouvelles réjouissantes. Un jour de l’été 1903, un agitateur russe débarque à Chamonix, filé par un agent de la police secrète du tsar.
Qu’a dit le jeune Lénine à son hôte chamoniard pour le convaincre de vendre ses emprunts russes avant la révolution annoncée ? Dans Lénine à Chamonix, François Garde se glisse dans ce “clignement d’œil” de l’histoire et déploie son récit avec la jubilation que procure la liberté littéraire. Ses autres “nouvelles de montagne” se déroulent de nos jours et croquent avec acuité et gourmandise des personnages, des attitudes mentales, des métiers…
et mille manières d’habiter le monde là où les hauteurs (parfois fantastiques) imposent leur loi.

L’AVIS D’ANNE

François Garde a reçu le prix de l’académie française pour son roman Ce qu’il advint du sauvage blanc et depuis je lis ses livres les uns après les autres parce que j’aime beaucoup son écriture.
Nouveau défi pour l’auteur qui s’essaye aux nouvelles. Je ne cache pas que je préfère un bon roman qui a le temps de se déployer MAIS… mais je me suis bien laissée prendre quand même ! Le thème est ici la montagne bien sûr mais en 12 nouvelles, l’auteur arrive à étendre largement le champ des possibles puisqu’entre refuges et balades, on se retrouve dans la peau d’une pierre précieuse, à Notre Dame de Paris, ou même à la frontière du réel… Pas mal, non ?

À PROPOS DE L’AUTEUR

Né en 1959 (Le Cannet), François Garde, enfant d’un professeur de russe à l’université d’Aix et d’une mère au foyer, savoyard d’adoption, s’est lancé dans l’écriture après avoir vécu une longue carrière au sein de l’administration française, après des études à Sciences Po, puis à l’ENA. Ces activités qui l’amènent à voyager vont nourrir ses textes avec une place privilégiée à l’imaginaire. En 2012, il reçoit le Prix Goncourt du premier roman pour Ce qu’il advint du sauvage blanc. Il poursuit son oeuvre avec Pour trois couronnes (2013), La Baleine dans tous ses états (2015), L’Effroi (2016), Marcher à Kerguelen (2018), La Position des pôles (2019), Roi par effraction (2019).


Retrouvez la critique de ce livre (et de tous les autres) sur la maison des bouquins

felis non pulvinar in sed dolor nunc fringilla luctus consectetur vulputate, Aliquam