pierre-yves-gomez

Économiste, il enseigne la stratégie et la gouvernance d’entreprise ainsi que la place de l’entreprise dans la société, et dirige l’Institut Français de Gouvernement des Entreprises/EM LYON.

 

SON PARCOURS :

Docteur en gestion, Pierre-Yves Gomez est professeur de stratégie à EMLYON Business School. Il a été professeur invité puis chercheur associé à la London Business School. Il dirige l’Institut Français de Gouvernement des Entreprises/EM LYON. Il a fondé le G.R.A.C.E (groupe de recherches anthropologie chrétienne et entreprises).

Spécialiste reconnu du gouvernement des entreprises, il est à l’origine du développement, en France, du courant des conventions appliqué au management. Ses travaux portent sur le gouvernement des humains par l’économie et, en particulier, le rôle du travail dans la société.

Participant au débat public, il intervient régulièrement dans les médias radio et écrites et tient une chronique mensuelle dans Le Monde depuis 2007. Il est a été Président de la Société française de Management.

SES PUBLICATIONS :

“Qualité et théorie et des conventions” (Economica,1994),
“Le gouvernement de l’entreprise” (interEditions, 1996),
“La République des actionnaires: le gouvernement des entreprises entre démocratie et démagogie” (Syros, 2001),
“The leap to globalization” (Jossey Bass, 2002 avec Harry Korine)
“Entrepreneurs and Democracy : A political Theory of Corporate Governance’’ (Cambridge University Press, avec Harry Korine 2008, version française L’entreprise dans la démocratie, De Boeck 2009),
Le travail invisible” (F. Bourin éditeur, 2013),
Strong managers, strong owners, Cambridge University Press, 2013,
La liberté nous écoute (Quasar, 2013).
– “Intelligence du travail” (Desclée de Brouwer, 2016)

Et de nombreux articles académiques et chapitres de livres.

Il a rédigé le Référentiel pour une gouvernance raisonnable des entreprises à partir duquel a été élaboré le code de gouvernance des entreprises moyennes cotées Middlenext.

A lire sur le site :

Pourquoi l’écologie HUMAINE est-elle un ferment pour repenser l’économie ?