tugdual_dervilleDélégué général d’Alliance VITA, une association qui agit pour le respect de la vie et de la dignité humaine.

SON PARCOURS :

Tugdual Derville est diplômé de l’Ecole Supérieure des Sciences Economiques et Commerciales (ESSEC) – et de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris – Licencié en Droit. Il est Chevalier de la Légion d’honneur.

Il a fondé en 1986 (à l’âge de 24 ans) le mouvement A Bras Ouverts, qui accueille des enfants et des jeunes porteurs de handicaps. Il travaillé successivement au sein de l’association Les Petits Frères des Pauvres auprès des personnes âgées, puis comme consultant dans un cabinet de conseil aux institutions médicales, médico-sociales et sociales.

Depuis 1994, il est délégué général d’Alliance VITA. L’association agit pour le respect de la vie et de la dignité humaine, particulièrement des plus vulnérables. Elle compte 37 000 soutiens (bienfaiteurs) et 1200 personnes engagées pour se former et agir au service de la vie. Dans ce cadre, Tugdual Derville a développé des services d’aide et d’écoute aux personnes confrontées à des épreuves de la vie : SOS bébé et SOS fin de vie (femmes enceintes, couples ayant des problèmes d’infertilité, confrontés au handicap, aux deuils anténataux et postnataux, à l’avortement et aux personnes confrontées à l’euthanasie, aux fins de vie ou aux deuils difficiles).

Il a été très impliqué dans le mouvement social levé en France en 2013.

En novembre 2013, Tugdual Derville a lancé, avec quatre autres personnalités, l’appel «Solidaire en fin de vie» qui a recueilli 30.000 signature et mobilise contre les projets gouvernementaux de légaliser l’euthanasie et/ou le suicide assisté. Intervenant régulièrement dans le débat médiatique, il est périodiquement auditionné par des partis politiques sur tous les sujets de société liés à la bioéthique. Pour le site Internet d’Alliance VITA, il décrypte l’actualité liée à la bioéthique, dans des tribunes hebdomadaires. Il informe et réagit quotidiennement sur Twitter. Il est aussi formateur et conférencier.

SA VISION DE LA SOCIETE

Tugdual Derville tire de son expérience des rencontres avec les personnes souffrantes (âgées, handicapées, dépendantes, endeuillées…) une conception de l’homme, une anthropologie qui fait de la vulnérabilité et de l’interdépendance une valeur qui lui est propre. A ses yeux, prétendre ignorer les trois dures limites de la condition humaine (« le temps compté, le corps sexué, la mort inéluctable ») relève d’une illusion totalitaire. Il a développé une pensée politique qui concilie des convictions assumées et la réponse aux besoins cruciaux des personnes.

SES PUBLICATIONS

– La Bataille de l’euthanasie, éditions Salvator – Enquête sur 7 affaires qui ont bouleversé la France février 2012
– La procréation par substitution – contribution au Guide politique de bioéthique
– Le bonheur blessé – avortement, eugénisme et euthanasie en question, CLD édition, avril 2005